Stefan Delaeter
Stefan Delaeter
Research Manager
26/05/2021
Depuis le début de la pandémie, tous les annonceurs se posent la même question : qu’en est-il de l’écoute radio dans la voiture ? Les Belges se déplaçant beaucoup moins – tant pour le boulot que pour les loisirs – de nombreux observateurs avaient prédit un recul de l’écoute radio en voiture. Cette prédiction s’est-elle réalisée ?

L’Étude CIM de l’écoute radio, publiée à la fin avril 2021, s’est déroulée de septembre 2020 à février 2021. Elle a donc eu lieu intégralement durant la pandémie, y compris lors du second confinement de novembre. On peut donc considérer qu’elle reflète fidèlement les évolutions induites par le covid. Cette vague peut être valablement comparée à la même période de l’année précédente (novembre 19 > février 20), une période totalement précovid. La media agency Space souligne l’impact positif du covid sur la durée d’écoute. Que pouvons-nous dire avec certitude ?

1. L’écoute radio en Flandre se porte comme un charme

Les Flamands écoutent la radio au moins aussi souvent et aussi longtemps qu’avant. On observe :


- Une augmentation du nombre d’auditeurs : sur base hebdomadaire, 120.000 auditeurs de plus écoutent la radio. Entre septembre 2020 et février 2021, 92,8% des Flamands ont écouté la radio sur base hebdomadaire.
- Un allongement de la durée d’écoute : elle progresse à 4h26 par jour, soit 13 minutes de plus qu’avant la crise sanitaire.
En résumé, la radio attire donc davantage d’auditeurs, et elle interagit plus longtemps avec eux.

2. Légère évolution de l’endroit où l’on écoute la radio

On observe une évolution des habitudes d’écoute en termes d’endroits où la radio est écoutée :

- L’écoute au domicile progresse de 9%. L’écoute à domicile, qui se taillait déjà la part du lion, progresse encore durant la période de l’étude (qui inclut le confinement de novembre) et représente désormais plus des deux tiers du volume total. Quant à l’écoute sur le lieu de travail, elle est en léger recul : 6%.

Block image

- La voiture représente 13% de la durée d’écoute totale (au lieu de 16%). Manifestement, le télétravail obligatoire a eu un impact sur l’écoute radio en voiture. Cette dernière voit sa part de l’écoute totale reculer à 13,1% (au lieu de 15,6%), tandis que l’écoute en voiture en début de matinée (6-9 heures) baisse de 9% (de 14,9 à 13,5%).

3. Essor de l’écoute radio via internet

L’étude CIM révèle également une évolution en termes de plateformes d’écoute de la radio :
- La part d’internet dans la consommation totale de radio franchit pour la première fois la barre des 20%.

Block image

- Dans le CIM Radio Stream Monitor, les radios online flamandes ont battu tous les records en avril 21, avec 74,5 millions de minutes d’écoute par jour (après avoir déjà amélioré ce record le mois précédent).
Globalement, on constate donc que la radio reste la fidèle compagne des Flamands.
Les observateurs qui avaient pronostiqué un recul de l’écoute radio durant le confinement en sont donc pour leurs frais. Les auditeurs écoutent la radio tout autant, mais autrement.

Plus d’infos ?

Intéressé·e par nos nouvelles formules ?
Contactez-nous, sans le moindre engagement. Nos matchmakers se feront un plaisir de vous présenter nos solutions.