Bart Lombaerts
Bart Lombaerts
25/08/2020
À la VRT aussi, l’importance du streaming ne cesse de croître. Cette ‘autre’ manière de regarder les contenus du service public séduit les jeunes et les moins jeunes. Surtout, elle offre aux Partenaires Alliance des touchpoints supplémentaires. Entretien avec Jonas Boets, manager de VRT NU.

Quelque 24,3% des utilisateurs de VRT NU – le service de streaming de la télévision publique flamande, qui permet de regarder les émissions en direct et en différé – ont moins de 25 ans. « Les jeunes optent en connaissance de cause pour les contenus de la VRT », souligne Jonas Boets.

Depuis les débuts de ce service, en 2017, Jonas est la cheville ouvrière de VRT NU, la plateforme de streaming qui ne cesse de croître et d’embellir. Les chiffres en attestent : à la fin juillet 2020, VRT NU comptait plus de 2,76 millions de comptes. Tous les mois, plus de 1 million d’utilisateurs visionnent au moins un contenu via leur ordinateur, l’appli ou en casting. Au total, ce sont près de 10 millions de starts par mois. Les contenus les plus regardés sont les émissions locales telles que Het Journaal ou Reizen Waes, mais aussi des séries internationales comme Babylon Berlin et Band of Brothers.

Jonas Boets poursuit : « Cette croissance ne montre aucun signe de ralentissement, au contraire. On enregistre un pic de temps en temps – par exemple lors de la mise online de la célèbre émission de Pano ‘Schild en Vrienden’, qui nous a valu plus de 14.000 nouveaux comptes en un jour – mais la progression moyenne est stable, à 2.500 nouveaux comptes par jour. Personnellement, je trouve ce chiffre très impressionnant. »

Cette progression est surtout une bonne nouvelle pour les partenaires de la VRT-TV, dont le message est indissociablement lié aux émissions qu’ils sponsorisent.

Le casting, un succès étonnant

Hormis le grand nombre de jeunes qui optent pour VRT NU, toutes les tranches d’âge sont équitablement représentées. Ainsi, un utilisateur sur cinq a plus de 55 ans. Jonas Boets : « Les plus âgés rattrapent leur ‘retard’, ce qui est une excellente chose. Notre mission consiste en effet à toucher tous les Flamands. »

Block image

Bien entendu, cette belle répartition et cette croissance constante ne sont pas le fruit du hasard. VRT NU élargit systématiquement ses fonctionnalités, dans deux domaines. « Primo, les plateformes à partir desquelles notre public regarde VRT NU », poursuit Jonas Boets. « C’est bien sûr possible depuis un ordinateur, mais aussi depuis 2018 via l’appli, ce qui permet de regarder VRT NU en mode mobile. »

« Le casting prend également un essor surprenant », ajoute-t-il. « Avec une Chromecast, par exemple, vous pouvez projeter une émission sur l’écran de télé, depuis votre tablette ou votre portable. La vision sur grand écran garde la cote : en un an, le nombre de casteurs est passé de 26.000 à 470.000. Dans ce nouveau comportement, l’appli est utilisée comme télécommande. Autre évolution très positive, le temps de vision moyen des casteurs est plus long : 72 minutes. »

Block image

Aujourd'hui, 50 % des utilisateurs de VRT NU regardent les contenus via ordinateur, 30% via leur smartphone et 20% sur leur tablette.

L’algorithme du service public

Un autre axe de séduction, pour VRT NU, est l’enrichissement des contenus. Sur ce plan, le confinement s’est révélé très intéressant. « En mars et avril, nous avons remarqué qu’un nombre croissant d’utilisateurs regardaient des séries ‘online only’, c'est-à-dire des séries postées par Canvas ou Eén sur VRT NU parce qu’elles correspondent à l’ADN de la chaîne, mais sans être diffusées à la télé. Babylon Berlin en est le meilleur exemple. Les archives ont aussi beaucoup gagné en popularité. Nos publics se sont mis à consulter les émissions de jadis. En améliorant notre ‘packaging’, je crois que c’est une filière à creuser. »

Ces deux évolutions témoignent de la direction que prendra VRT NU dans les prochains mois. Outre des contenus additionnels et davantage d’archives, l’équipe de Jonas travaille aussi sur ce qu’elle appelle ‘l’algorithme du service public’. « Les services de streaming payants, comme Netflix, utilisent un algorithme pour proposer à leurs abonnées des contenus similaires à ce qu’ils ont déjà regardé. En notre qualité de service public, notre vocation est d’élargir les horizons des Flamands. De leur faire découvrir de nouvelles choses. C’est l’objectif de notre algorithme à nous, même si les contenus proposés doivent bien sûr rester pertinents. »

C’est dans cette logique que la VRT poursuivra le développement de son service de streaming. Un service de plus en plus important dans l’optique de la mission de l’institution de service public : toucher tous les Flamands. « Pour l’instant, la télé linéaire reste dominante, mais nous préparons activement le moment où ce ne sera plus le cas », conclut Jonas Boets.

Votre pubilicité sur VRT NU ?

Devenez partenaire et découvrez la puissance de la VRT-TV.